Deux introductions en bourse à prendre avec des pincettes

25 juin 18
-Asset management

Jean-Louis Richard, Senior Financial Analyst

En Suisse, les introductions en bourse sont en hausse cette année. Le 15 juin, Oerlikon a annoncé son intention de céder au public sa division Drive Systems qui, une fois indépendante, prendra le nom de GrazianoFairfield. Graziano est une entité italienne fabricant des transmissions pour véhicules utilitaires. Fairfield est une entité américaine spécialisée dans les pièces de boîtes de vitesse.

Une autre introduction en bourse est en cours: celle de Klingelnberg, une société essentiellement allemande, mais dont le siège social se trouve à Zurich. C’est un constructeur de machines pour l’usinage de pièces de boîtes de vitesse et embrayages. La famille Klingelnberg a indiqué son intention de réduire sa participation de 100% actuellement à 50% environ.

Dans les deux cas, l’objectif de l’introduction en bourse n’est pas de lever du capital, mais de permettre à l’actionnaire principal de se désengager. Ce sont deux sociétés industrielles et cycliques. Toutes deux ont un souci de rentabilité.

GrazianoFairfield a depuis longtemps été un problème, avec une marge opérationnelle de seulement 8% avant la crise de 2008, au sommet du cycle précédent. En 2017, cette métrique a atteint un niveau record et satisfaisant de 12.4%. C’est le signal qu’attendait Oerlikon pour engager la cession. Klingelnberg a publié une marge opérationnelle encore plus faible de 7.5% en 2017 pour une rentabilité des capitaux employés insuffisante. La famille a-t-elle décidé de vendre au moment où les chiffres sont les moins mauvais? Ces deux introductions en bourse paraissent plutôt des signaux de vente des titres cycliques.

Loading...