En attendant la récession…. qui pourrait ne pas venir

19février19
-IAM, News

Olivier Aeschlimann, Senior Financial Analyst

Suite à la sévère correction de fin 2018, les principaux marchés actions ont rebondi spectaculairement en ce début d’année : le S&P500 est en hausse de12% et le SMI de plus de 8% (au 12 février en CHF). Cependant, de nombreux économistes s’attendent à un fort ralentissement de l’économie mondiale, voire à une récession aux USA à l’horizon 2020. Certes, les dernières statistiques conjoncturelles n’ont rien de réjouissant et la partie longue de la courbe des taux est redescendue brutalement. Toutefois, il existe également de bonnes raisons de rester constructif.

En effet, la correction de fin 2018 était principalement due aux trois éléments suivants : la politique restrictive de la Fed, le conflit commercial entre la Chine et les USA, et la forte décélération de l’économie chinoise. Or, ces trois éléments se sont, ou sont en train de se retourner dans un sens plus positif. La Réserve fédérale a changé sa rhétorique et marque une pause dans sa politique de normalisation monétaire. Les tensions commerciales devraient s’apaiser, en tous cas partiellement, dans la mesure où Mr Trump commence à comprendre que l’augmentation des droits de douane peut être contre-productive.

Finalement, la Chine a lancé un programme de stimulus économique dont les résultats se feront sentir dans les prochains mois. Autrement dit, le message que nous donnent les marchés, est que la conjoncture est en voie de stabilisation. Dans ce contexte, et en attendant une récession qui pourrait ne pas venir, il est peut-être aussi risqué de rester en cash que d’être investi.

Loading...