Adecco, aux avant-postes

19 novembre 18
-IAM, News

Jean-Louis Richard, Senior Financial Analyst

Au cœur du marché du travail, Adecco est aux avant-postes des évolutions conjoncturelles. Ses résultats trimestriels publiés début novembre sont riches d’enseignements : le groupe de travail temporaire, qui affichait un taux de croissance de 6% en début d’année, a décéléré à seulement 1% sur la fin 2018. Il y a sans doute un ralentissement dans l’industrie. Citons l’automobile allemande : 30% de l’activité dans ce pays, a réduit sa production parce que ses nouveaux modèles s’entassent sur les parkings de stockage. Selon Adecco, les retards dans le nouveau processus d’homologation pour les émissions de gaz à effet de serre en sont la principale cause.

Un autre facteur est que, lorsqu’un marché de l’emploi se tend et que les talents s’y font plus rares, les salariés se désintéressent du travail temporaire au profit d’emplois fixes. Adecco enregistre un bond de 20% de ses recrutements en emplois fixes, activité où les marges sont plus confortables. Malheureusement pour le groupe dans cette phase du cycle, l’intérim demeure sa principale source de revenu, environ 70% du chiffre d’affaires. Il en résulte une croissance plus faible, surtout dans les pays où le chômage est le plus bas. En Amérique du Nord, le segment des intérimaires qualifiés enregistre un recul de 2% de son activité au troisième trimestre. Le tassement est de même ampleur sur le marché allemand dans son ensemble.

Cependant, la principale cause du ralentissement d’Adecco est à chercher plus au sud : après 25% de croissance enregistrée en Italie en 2017, le rythme s’est replié à 6% au troisième trimestre 2018. En France, les chiffres correspondants sont de respectivement 7% et 5%. Ces régions n’en sont pas encore au stade des Etats-Unis, ni à celui de l’Allemagne, mais, à l’évidence, elles ont avancé dans leur cycle.

Loading...