Fortes perturbations dans les pays émergents

19 octobre 18
-IAM, News

Hugues Chevalier, Economist

Les pays émergents font face depuis plusieurs mois à de fortes perturbations financières et monétaires. En effet, la remontée des taux d’intérêt aux États-Unis, l’appréciation du dollar et le vif recul de certaines devises (Argentine, Turquie, Afrique du Sud, etc.) provoquent un net ralentissement de l’activité dans plusieurs pays.

Par ailleurs, la « guerre commerciale » lancée par les États-Unis affecte déjà les exportations chinoises. La convergence monétaire, avec des taux bas partout, issue de la crise de 2008, est désormais terminée. En effet, une divergence se crée entre les pays de l’OCDE, la Chine et les pays émergents, qui sont les premières victimes de ce désordre mondial. C’est en particulier en Amérique latine que le spectre d’une nouvelle crise financière refait surface. La récente remontée des taux directeurs par la Réserve fédérale américaine (Fed) a provoqué des sorties massives de capitaux et une nette dépréciation de plusieurs devises. En Argentine, le peso s’est effondré et la fuite des capitaux s’est accélérée, obligeant la banque centrale à remonter ses taux d’intérêt à 60%. De tels taux vont conduire le pays à la récession en bloquant la demande intérieure. L’effet domino est inévitable. Ainsi, au Brésil, la croissance du PIB ne cesse de ralentir (moins de 1% l’an) en raison, notamment, de la chute des exportations de biens manufacturés, pénalisées par la crise argentine. Pour autant, ces perturbations ne devraient pas déboucher sur une crise générale dans les pays émergents. En effet, les banques centrales des pays concernés ont réagi de manière très vigoureuse en remontant massivement leurs taux d’intérêt directeurs.

Par ailleurs, la gouvernance de la finance mondiale (FMI) a réagi très rapidement pour endiguer une contagion générale. Au total, nous révisons donc à la baisse nos prévisions de croissance pour les pays émergents à 4.9% cette année (contre 5.3% précédemment) et à 4.7% en 2019 (contre 5.2%).

 

Loading...