Le prix du pétrole augmente… et alors?

31 mai 18
-IAM, News

Erika Mesmer, Client Relationship Manager

Depuis le début de l’année, le prix du pétrole a progressé d’environ 20% et a triplé depuis son point le plus bas de janvier 2016. Alors que la demande restait forte et continuait à croître, l’offre a été réduite durant la période de prix bas. La situation d’aujourd’hui indique un épuisement des inventaires et une offre qui ne devrait progresser que marginalement.

Quant à la demande, il est intéressant de constater que celle des pays développés s’est réduite, alors que la demande mondiale continue de progresser. Aux États-Unis par exemple, la demande totale à fin 2017, était inférieure à celle de l’an 2000, alors que la population du pays avait progressé de 40 millions d’habitants sur la même période. Par conséquent, l’augmentation de la demande totale et de la demande par habitant provient des pays émergents.

Les pays et les sociétés producteurs de pétrole sont conscients de ce changement de tendance qui aura pour conséquence un ralentissement séculaire. De ce fait, les pays producteurs doivent s’engager dans la théorie des jeux en prenant en considération différents facteurs économiques, politiques et environnementaux, souvent contradictoires. Ils doivent constamment revoir leurs stratégies pour maximiser le cash flow qu’ils peuvent générer, sur le long terme, de leurs réserves pétrolières limitées.

De nombreuses sociétés pétrolières diversifient leur modèle commercial et économique, à l’instar de Total. Pour certaines autres sociétés, la diversification de leur domaine d’activité historique entraine même un changement de nom, à l’image de la compagnie norvégienne Statoil qui s’appelle maintenant Equinor. Cette modification de nom reflète le mouvement vers des sources d’énergie nouvelles et plus durables, comme les fermes éoliennes et l’énergie solaire, en plus de l’activité pétrolière traditionnelle.

Toutefois, et bien que la fin du pétrole ait été pronostiquée depuis 40 ans, le sommet de la production n’a toujours pas été atteint. Les variations de prix et des volumes vont rester un indicateur prédominant de la santé économique dans un avenir prévisible. Une baisse des prix du pétrole est généralement la bienvenue par les consommateurs car elle augmente leur pouvoir d’achat. Elle peut cependant amplifier les risques de déflation, mais aussi réduire les dépenses en capital ou diminuer les capacités de production de pétrole.

Une progression des prix, sans tensions (géo)politiques, indique une forte activité économique en général avec une perspective d’augmentation des investissements de le part des sociétés énergétiques. Actuellement, c’est l’environnement que nous observons.

Loading...