Les risques de la normalisation monétaire

29 aout 2017
-News

Hugues Chevalier, Economist

La plus longue récession de l’après-guerre, générée par la crise financière de 2008-2009, a engendré une réaction massive des politiques monétaires en particulier aux Etats-Unis et dans la zone euro. Les taux d’intérêt ont été abaissés drastiquement pour éviter la contraction de l’activité et des crédits. Mais ces outils traditionnels de politique monétaire n’ont pas suffi. D’autres moyens ont été mis en place pour faire face aux problèmes de liquidités sur les marchés financiers. En particulier, les banques centrales ont procédé à des achats massifs d’actifs.

Avec la reprise de l’activité économique, ces politiques doivent être désormais resserrées pour éviter l’apparition de bulles, notamment sur le marché immobilier. Mais ce resserrement monétaire doit être réalisé avec grande prudence pour éviter les risques et les corrections brutales des marchés : décrochage des devises et hausse massive des taux d’intérêt dans les pays émergents, krach obligataire, baisse des marchés actions et ralentissement de l’activité mondiale. La tâche est donc délicate pour Mme Yellen et M. Draghi.

 

Graphique: Taux directeurs : USA, Zone euro, Japon et Suisse
Sources: IAM, Datastream

 

Loading...